• Accueil
  • Lettre de votre 1er Secrétaire fédéral : « Faire vivre le socialisme »

Lettre de votre 1er Secrétaire fédéral : « Faire vivre le socialisme »

Le 18 octobre 2020,

Cher.e ami.e, cher.e camarade,

Depuis plusieurs mois, notre pays fait face à crise sanitaire sans précédent. Le risque épidémique vient ébranler durablement nos vies et nous conduit vers un avenir qui, pour beaucoup, s’annonce incertain. Nous n’avons pas encore atteint le pic de la crise que nous affrontons. Sanitaire, sociale, économique, elle va progressivement se traduire par une crise psychologique qui nous fait courir le risque d’une crise démocratique.

En ces temps troublés, notre parti a pleinement joué son rôle de force politique de premier plan. Animés par une volonté sans faille de conduire une opposition responsable, nous avons fait le choix d’être utiles aux Français en relayant les mesures gouvernementales avec le souci constant de faire reculer l’épidémie. Nous avons, aussi, su faire entendre notre voix.

Sur le plan national, autour de Valérie RABAULT, Boris VALLAUD et Joël AVIRAGNET, nos parlementaires ont défendu un plan de Rebond de 130 milliards d’euros et 45 mesures, comme un « chèque rebond local » de 300 à 700 € pour soutenir le pouvoir d’achat, la création d’emplois aidés, une « prime climat » pour la rénovation thermique des logements ou un grand plan de recapitalisation des entreprises, conditionné à des garanties sociales et environnementales.

S’ajoutent bien sûr, la mobilisation de moyens supplémentaires pour les Hôpitaux (ex: ouverture de lits, recrutements, revalorisations salariales…) ou la création d’un fonds d’indemnisation des victimes du covid-19. Aujourd’hui, autour de la campagne « Pour une relance qui n’oublie personne », nous formulons d’autres propositions. Les jeunes précarisés restant les grands oubliés du Gouvernement, nous proposons l’ouverture du RSA aux moins de 25 ans mais aussi la mise en place du revenu de base, la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité ou encore l’encadrement des loyers.

Sur le plan local, la mobilisation de la Région Occitanie et le Département de la Haute-Garonne ont été exemplaires. Avec pragmatisme et réactivité, Carole DELGA et Georges MERIC ont su agir vite et fort pour doter la population de masques de protection, maintenir les services publics, prendre des mesures exceptionnelles d’urgence pour soutenir les entreprises, les indépendants, les associations, les plus fragiles.

***

Les contraintes sanitaires ont aussi bouleversé la vie de notre Parti.
Malgré les nombreux changements de pied, les improvisations, les mesures parfois incohérentes, nous avons su nous adapter pour préserver notre dynamique militante. La vie démocratique ne doit pas être sacrifiée au risque de voir notre République démocratique être emportée avec elle.

Victor Hugo a dit : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent ».

C’est avec cet adage que je conduis le destin de notre Fédération depuis le congrès d’Aubervilliers. Plus que jamais ces mots doivent raisonner dans nos têtes et dans nos cœurs pour nous aider à traverser les épreuves qui se présentent à nous.

Depuis 2018, confiants dans notre capacité collective à nous relever pour incarner à nouveau l’espoir à gauche, nous avons lutté pour porter avec détermination notre idéal de progrès partagé dans la justice sociale.

Les Socialistes, dans le débat public comme dans les collectivités locales qu’ils dirigent, se tiennent aux côtés de celles et ceux qui payent le plus lourd tribut à la crise terrible que nous traversons. Un tribut d’autant plus élevé que le néolibéralisme continue de refuser le partage, que la mondialisation disloque la société et nourrit le communautarisme identitaire et que la globalisation rime avec casse sociale et désastre environnemental.

Un travail de fond a été engagé pour redéfinir notre identité socialiste face aux défis sociaux, écologiques, éducatifs, sanitaires, numériques, économiques ou démocratiques. Nous avons réaffirmé notre engagement républicain, humaniste, féministe et européen.

Évidemment, laïc. Dans un contexte grave, nous n’abdiquerons jamais devant ceux qui attaquent la République. Nous mènerons sans relâche ni faiblesse le combat pour l’Education qui émancipe, la Liberté d’expression et la Laïcité que nous plaçons parmi nos valeurs cardinales. Je proposerai la création d’une Commission fédérale dédiée à ces sujets.

J’ajoute qu’aujourd’hui, le Parti Socialiste est redevenu la force motrice du rassemblement de la gauche et de l’écologie. Nous avons pu le mesurer lors des élections municipales.
Ces acquis sont considérables. Nous le devons à la force de notre collectif. Nous le devons à la mobilisation de chacune et de chacun d’entre vous, militants de notre Parti, qui restez présents pour défendre nos valeurs socialistes et progressistes. Nous le devons, aussi, à la persévérance de notre Premier secrétaire, Olivier FAURE.

Beaucoup reste à faire.
Le Printemps de la gauche et de l’écologie, synonyme à la fois de rassemblement politique et de mobilisation des citoyens, est la voie sur laquelle nous devons nous engager pour proposer à notre pays un autre destin que celui d’un nouveau duel présidentiel entre E. Macron et M. Le Pen annoncé par le microcosme médiatique.

D’