• Accueil
  • Georges Méric plaide pour une «société inclusive»

Georges Méric plaide pour une «société inclusive»

A un peu plus de six mois des élections départementales, le président socialiste de la Haute-Garonne Georges Méric appelle au rassemblement de la gauche et veut répondre à «l’urgence sociale» engendrée par la crise sanitaire.

EDITION N°3467 – PARU LE 11/09/2020 – ECRIT PAR NICOLAS COULAUD

© CD31 – Aurélien Ferreira

Depuis son élection au printemps 2015 à la tête du conseil départemental de Haute-Garonne, Georges Méric n’a cessé de la marteler lors de chaque grande conférence de presse : «l’économie néo-libérale» et la «mondialisation dérégulée» sont selon lui les principales causes qui ont conduit à l’émergence d’une «société malade», la nôtre. En cette rentrée 2020 inévitablement frappée du sceau de la crise sanitaire et de ses diverses conséquences, l’ancien maire de Nailloux a plus que jamais déploré cette «dérive» et appelé de ses vœux, tel qu’il l’avait fait en mai dernier, une véritable «rupture». «Cette crise du coronavirus a apporté son lot d’enseignements. Elle nous montre les limites de la mondialisation dont certains ont essayé de nous convaincre qu’elle était heureuse. Elle nous montre aussi les faiblesses de l’hyper-métropolisation, et cela nous le dénonçons depuis longtemps. La solidarité entre les territoires urbains et ruraux est indispensable. Cette crise nous prouve enfin qu’il y a un désir de vivre autrement face à cette société devenue celle de l’affolement» a ainsi déclaré Georges Méric cette semaine au cours d’une traditionnelle séance de rentrée face aux journalistes. Après avoir détaillé l’ensemble des mesures prises par la collectivité sur le plan sanitaire (achat de de 4 millions de masques, accueil des enfants de parents hospitalisés, développement du télétravail pour les agents…) le président du conseil départemental a longuement évoqué la politique sociale, compétence phare des départements. «C’est un tsunami social qui nous attend. Nous n’en sommes qu’au début, alors il faut se préparer au choc» a-t-il estimé.

Revenu de base

Dès le mois de juin, la collectivité avait voté une en